Nouvelle saison : les news !

La saison 2013 est encore chaude qu’il faut déjà repartir sur la suivante. Une trève ? Non bien au contraire, je devais réagir sur bon nombre de domaines dont le tir à l’arc avant de penser à me reposer. Ce sera donc pour plus tard, et aussi, en même temps ! J’ai mis ma vie entre parenthèses pendant près de dix mois sur la saison 2013, sans parler des éditions précédentes (voir la page «calendrier»). A mon retour des championnats du Monde, je n’avais plus cette longueur d’avance à laquelle j’attache beaucoup d’importance pour être réactif pendant le rush de la saison sportive. Il s’agissait alors de régler toutes ces affaires professionnelles, logistiques et administratives pour repartir dans de bonnes conditions en 2014. Je suis rentré il y a un mois, et depuis je ne touche pas terre. J’ai volontairement recommencé ma saison salle prématurément pour garder le lien avec la compétition, ne pas perdre le bénéfice de mon parcours 2013, mon capital confiance. Mes entraînements sont assez chaotiques, et plus ou moins réguliers. Je règle mes arcs, je compare le Pro Comp Elite XL (mon partenaire champion d’Europe salle) avec son petit frère, le Pro Comp Elite. Cela prend du temps, et je ne l'ai pas pour le moment. Je tire en me reposant, sans aller "taper dans la viande", en restant serein sur ce qui suivra.

Que se passe t’il alors ? Je suis dans la Marine Nationale, et je suis inscrit sur liste des sportifs de haut niveau en catégorie Elite. Ainsi, je bénéficie d’un aménagement de mon temps pour la compétition internationale et je m’entraîne sur mes jours de repos physiologique. Cet aménagement est remis en question pour 2014 pour les sportifs de haut niveau de la Défense qui ne pratiquent pas de disciplines olympiques. Je fonce à 300 km/h dans le brouillard : alors que je suis numéro 1 mondial, je dois reconsidérer mon avenir à très court terme : trouver un poste et une fonction adaptée à ma qualité sportive au sein de la Marine et la représenter au mieux, ou bien quitter l’institution et professionnaliser ma passion. Cette réflexion personnelle n’est pas d’hier, bien sûr, mais il est temps de la concrétiser compte-tenu de la conjoncture. Aussi, les 200 à 240 jours d’absence de son domicile par an depuis 2007 commencent à piquer... Il est primordial de clarifier ma situation, je suis très bien entouré et soutenu, heureusement qu'ils et elles sont là... Les choses sont en bonne voie, elles demandent beaucoup de travail et de réflexion : comme sur le pas de tir, même avec tout le soutien dont il dispose, c’est l’archer lui-même qui tire les ficelles. Au boulot donc ! Au milieu de toutes ces histoires, il faut tout de même trouver un peu de repos. Difficile entre les permanences au sémaphore, les entretiens pro et courriers, la gestion des sponsors et du matériel, les entraînements et réglages, les compétitions à planifier avec les voyages associés, les nuits sont courtes, je suis sur batterie !  Je m’accorde donc des temps de loisir : flâner devant un film plus ou moins débile,  profiter d’un bon repas, couper avec le Monde pendant une turbo sieste ou une page d'écriture. Je place des priorités à ce qui reste à faire, et petit à petit le jour revient.

Mes premières compétitions sont ainsi tirées dans un esprit de légèreté, revoir les copains et les copines du Sud, profiter de ces moments alors que je me sédentarise pour un temps limité, et apprécier une bonne rigolade à-même le pas de tir en compét. Les premiers résultats sont déjà prometteurs, avec 592-592-594-594-595, je suis satisfait de mes sensations. Le tir est un peu bridé par le contexte tandis que le mental va beaucoup plus loin. Je suis convaincu que la perfection peut être atteinte, et plutôt deux fois qu’une tant qu’on y est ! Pour gagner quelques petits points, je dois revenir sur des bases pour les consolider. C'est un travail long et précis, chirurgical, passionnant... Je ne suis pas pressé, et j’ai le temps pour cela, l'impatience serait une erreur. Mon objectif majeur se situe à Nîmes pour le championnat du Monde en salle, avec un passage par Las Végas où je souhaite aller jouer à nouveau avec les potes de l’autre côté de l’atlantique.

Pour m’y préparer, je participais à Marrakech et j'irai à Telford aux manches 1 et 3 de la coupe du Monde en salle. Il faudra bien entendu passer par la case «sélection» pour les mondiaux en trois weekends de décembre et janvier pour décrocher une place en équipe de France. Pour le moment, la priorité n’est donc pas la performance pure et je profite au maximum du bien-être que m’apporte le tir à l’arc. Il viendra le moment où je me concentrerai vraiment sur la perf’ en mode compétiteur.

J’en arrive à ce fichu trispot nouvelle génération... Il est quand même terrible de penser que l’arc à poulies est caractérisé par sa précision, alors que la zone 9 est si grande ! Le X vaut 10, c’est une pièce de 20 cts au milieu du Pacifique teinté de jaune... Le but premier doit être de distinguer un blason arc à poulies d'un blason d'arc classique, mais on se retrouve au final avec une usine à gaz pour l'organisation, et un casse-tête pour l'arbitrage des cordons. Il existe un comptage particulier aux USA pour le Lancaster Archery Classics que vous connaissez sûrement : Le X vaut 11 points, le gros dix vaut 10, le reste du jaune 9 points. Le total est alors de 660 points. Une zone supplémentaire récompense la précision alors que la flèche qui ne touche pas le cordon X actuellement vaut 9, soit la même valeur que la flèche qui touche le cordon 8 quelques CENTIMETRES plus loin. Quoi de plus frustrant pour l’archer qui s’entraîne et pratique la compétition pour son plaisir, ou pour celui qui améliore sa précision sans voir son score récompensé ? Ce même archer qui aura penché sur le réglage de son arc et de ses flèches pour améliorer son groupement ne sera pas récompensé par un blason adapté. On reviendrai presque au «Hit or Miss» que nous avions finalement laissé de côté en FITA 50 mètres. Ainsi, je m’amuse en ce moment à compter d’une façon différente mais assez inédite et au final, plutôt représentative de la précision qu’offre l’arc à poulies : la croix compte 12, le X compte 11, le dix classique compte 10, et le reste du jaune 9 points. De cette façon, j’obtiens une belle récompense de mes plus belles volées à 36 points, les trois pleines billes. Si jamais je tape un gros 9, la sentence est immédiate et je perds trois points sur le maximum. Je n’ai encore jamais réaliser de tir compté au total, qui serait donc sur 720 points, je le ferai !

J’ai la certitude qu’avec un arc réglé et ses flèches adaptées, le même tireur améliorera son groupement en cible et de surcroît son résultat en compétition. On ne change pas un flèche parfaite en flèche parfaite ++, une croix est une croix, la différence se notera sur les flèches de routine, par rapport avec les mauvaises flèches. Par exemple, deux archers tirent 285 points sur leur série, soit 15x10 et 15x9. En format Lancaster, le total de la série est donc sur 330 points (30 x 11 points). Les X à 10 points comptent 11, et ce sont les 9 qui feront la différence. Le premier archer reste dans le jaune et touche le dix classique de façon aléatoire. Dans ses 9, cinq flèches atteignent la zone dix classique. Il serait alors pénalisé sur ses dix autres flèches dans le vrai 9. Il perdrait alors 10 points de ses dix flèches au 9, tandis que ces X lui rapportent quinze points supplémentaires (on passe de 10 à 11 points, x15). Total = 15-10 = 5 points. Le deuxième est régulier et ne sort pas du 10 classique. Il bénéficie alors des quinze flèches à 11 points dans le X, soit 15 pts, plus les quinze «9» qui passent à 10 pts. Total = 15 + 15 = 30 points. Au final... 

L’archer moins précis aura un score de 285 + 5 points soit 290 / 330 points maxi.

L’archer régulier et précis aura un score de 285 + 30 points soit 315 / 330 points maxi.

L'organisateur retrouve un blason unique pour les catégories qui tirent sur blason de 40 cm.

On s’amuse hein ??? Cette règle c’est appliquée au tir campagne avec l’apparition du «6» en nouvelle zone, alors pourquoi pas au tir en salle ?

C'était la minute coup de gueule à Pierrot, votre World #1 qui s'attache beaucoup à l'évolution de sa discipline, qu'elle soit pour le haut niveau comme pour ceux qui aspirent à y arriver un jour, et aussi pour toute la communauté qui sera vecteur des bienfaits du tir à l'arc à grande échelle par son plaisir à le pratiquer et à le faire rayonner. Après tout je me dis que si je ne lance pas la machine, j'aurais raté quelque chose haha !

Séminaires : Enfin, dans tout ce vacarme environnant, je réfléchis à l'organisation de séminaires sur le réglage de l'arc et sur le partage de mon expérience. Dans un premier temps, je ne pourrai offrir ce genre de service qu'aux archers géographiquement proches avant de l'étendre. J'ai le désir de pouvoir le proposer à plus grande échelle plus tard, chose impossible à ce jour. Toutefois, pour ceux qui le désirent et le pourront, un séminaire est organisé à l'INSEP Paris le weekend du 11 et 12 janvier 2014. Il sera dirigé par l'entraîneur national arc à poulies et encadré par les archers de l'équipe de France arc à poulies. Au programme, discussions, analyses, conseils, réglages, ateliers... L'information se trouve sur le site de la fédération, et les modalités d'inscription seront bientôt mises en ligne. Attention, seul l'arc à poulies est concerné, et je ne suis qu'intervenant dans ce séminaire, je ne m'occupe pas de logistique ou de réservation, et tout ce que je sais pour le moment se trouve dans ce paragraphe ! 

Et voilà ! C'est finit pour l'heure, et je retourne à mes occupations diverses et très variées, entrecoupées d'un peu de repos. "Ce qui est fait, n'est plus à faire"... (Et là je pense : "ok, mais c'est un peu chaud là hihihi !") Sur Facebook, je vous invite à découvrir ma page pour suivre mon actualité en "live". 

Vous pouvez également découvrir et suivre les évènements à venir :

- «le festival européen de tir à l’arc de Telford» (remplace Nîmes), 

- «Le Vegas Shoot»,

- «La page dédiée aux prochain championnats du Monde de tir en salle à Nîmes».

A bientôt !

© stain photo. All Rights Reserved.